Question introspection

Question introspection

Lorsque l’on entend confinement, il est possible d’entendre opportunité. Par opportunité, il y a lieu de se rendre compte des très très nombreux événements qui nous entourent et qui rythment nos vie. Le besoin à chacun d’exprimer son empathie, sa frustration, sa joie, sa tristesse, son impuissance face à une situation mondiale permet d’en prendre conscience sur la toile. Une myriade de ressources sur le sujet est disponible sur la toile : les journaux de confinement, les recettes, les activités…

Pour autant, si le schéma cathartique lié au confinement a tendance à se répéter sur les différents sites, blogs, articles… l’un d’entre eux a tendance à s’effacer au profit du contenu, à savoir la démarche menant à ce besoin de s’exprimer.

Quelles sont ces expressions, pourquoi en avons-nous besoin ? Certainement parce que nous sommes des êtres humains, avec des sentiments ayant été relégués au second rang, au profit de la raison. Si la logique et le rationnel présentent beaucoup d’avantages pour la prise de décision, les sentiments et les émotions ont tendance à être sous-estimés. De là naît une sorte de frustration impossible à comprendre puisque la majorité d’entre nous a perdu ce contrôle des émotions, de ses émotions.

Méditation ? Sophrologie ? Yoga ? Beaucoup d’outils existent désormais pour tenter d’apaiser le corps et l’esprit devant le tumulte de la vie quotidienne. Pour autant, les effets ne semblent pas se manifester aussi rapidement qu’escompté. La réponse se trouve généralement dans la volonté. Pourquoi faire ce que je fais. Quel est le vecteur de motivation à l’origine de mon action. Là se trouve le travail principal de l’introspection. Gnothi Seauton, Nous en avons déjà parlé. Se connaître soi-même, c’est avant tout se comprendre et se demander pourquoi.

Se questionner sur ses motivations, ses envies, et sur le motif pour lequel nous faisons ce que nous avons l’habitude de faire permet de se mettre dans une bulle d’analyse et ainsi mieux se comprendre pour mieux évoluer. Facile à dire n’est-ce pas ? Mais est-ce réellement fait par chacun ? Pour vraiment déterminer ses envies, ses besoins ? Et surtout apprendre à s’écouter ?

Allez, pour initier ce parcours, deux exercices intéressants à exploiter pour chacun.e :

L’exercice des pourquoi :

Prenez une situation lambda, telle que celle d’un café entre amis. Commencez par vous demander pourquoi vous aimez prendre un café avec des amis. Est-ce une question de passer du temps avec les autres ? Les écouter ?

La seconde étape est simple, prendre la réponse au premier pourquoi et aller encore plus loin. Si vous aimez passer du temps avec les autres : pourquoi ? Le lien social ? Et pourquoi le lien social vous semble important ?

Vous l’aurez compris, les réponses ne regardent que vous. Se confronter à son propre soi est ce qu’il existe de plus excitant car vous commencerez à vous comprendre toujours plus.

L’exercice des « ce que je fais » :

Prenez une feuille et divisez-la en deux colonnes. Dans la première, inscrivez « ce que je fais par envie » et dans l’autre « ce que je fais par devoir ».

La première colonne correspond à ce que vous faites parce que vous voulez le faire. La seconde correspond à ce qui vous est demandé de faire pour satisfaire à des conditions extérieures dont vous n’êtes pas maître.

Vous l’aurez compris, plus votre colonne sera remplie à gauche, plus vous menez votre vie pour vous-même. Plus elle le sera sur la droite, plus vous vivez pour les autres. A chacun son équilibre, nul autre personne que vous serez meilleur juge.

A vos stylos, à vos réflexions !

—–

Pour aller plus loin sur les émotions, je vous invite à lire les magnifiques BD d’Art-Mella qui parvient à nous présenter ces émotions parois si complexes avec des images si simples.
Tome 1 : Emotions, enquête et mode d’emploi
Tome 2 : Emotions, enquête et mode d’emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.